Page 1 sur 1

COMPTE RENDU DE L'ATELIER 3

Publié : mer. déc. 11, 2019 10:23 am
par admin forum
Mobilité
Limiter les déplacements
 Développer / favoriser le télétravail :
■ Déploiement de la fibre (99% des habitants à horizon 2023).
■ Création d’espaces de travail partagés / coworking « validés » par la Communauté de Communes pour rassurer les utilisateurs.
■ Utilisation des locaux non occupés sur le territoire pour travailler dans la journée. Exemples de l’outil de partage des locaux inutilisés par l’Association des Maires Ruraux de France (https://www.amrf.fr) et de l’application Wework en Californie (« Uberisation » des locaux).
■ Exemplarité des pouvoirs publics sur la question du télétravail.
■ Informer et sensibiliser les entreprises sur les avantages du télétravail.
■ Partager les expériences et les bonnes pratiques.
 Développer les circuits courts.
 Mixer les zones d’activités et d’habitations plutôt que de les isoler les unes des autres.
■ Développement économique / création d’emplois dans les zones d’habitation.
 Redynamiser les centres-villes.
■ Réimplanter des commerces de proximité.
■ Réimplanter les services publics (impôts, poste, etc.).
■ Consacrer les bâtiments inutilisés des centres-villes en priorités à la redynamisation économique et sociale.
■ Exemple de la réimplantation en centre-ville d’un hôpital à Cahors.
 Faciliter l’accès aux services publics dématérialisés :
■ Instaurer une aide dans les mairies pour accompagner les personnes peu à l’aise avec les nouvelles technologies dans leurs démarches en ligne (notamment les personnes âgées).


Lutter contre la voiture « solo »
■ Favoriser le covoiturage des agents de la collectivité en aménageant les horaires de travail.
■ Favoriser le covoiturage des particuliers et des entreprises :
■ Création d’aires de covoiturage sur chaque commune, notamment à proximité des gares.
■ Aide à la mise en relation (par quartiers, écoles, entreprises…).
■ Créer un espace / une application mobile pour organiser le covoiturage à échelle de la Communauté de Communes et avec les Communautés de Communes limitrophes, notamment en centralisant les offres existantes et offrant la caution d’un service « labellisé » Communauté de Communes.
■ Favoriser la mutualisation des besoins des entreprises (harmonisation des horaires – notamment les horaires de fin de journée pour les trajets retours travail-domicile, les plus difficile à organiser, mise en relation, etc.) à l’échelle des ZAC par la création d’une association par ZAC.
■ Création d’un guide d’utilisation et bonnes pratiques.
■ Communication et sensibilisation.
■ Exemple de l’application de covoiturage solidaire Atchoum (http://www.atchoum.eu).
■ Réflexion autour du business model de l’autopartage : rémunération du conducteur par les passagers ? Financement par l’entreprises ? Subventions de la Commune et/ou Communauté de Communes ?
■ Sensibiliser / éduquer les jeunes dans les écoles à propos des déplacements collectifs vs individuels.
■ Informer et sensibiliser sur les technologies alternatives :
■ Subventionner l’achat de voitures électriques.
■ Favoriser le GNV.
■ Développer les bornes de recharge des véhicules électriques, notamment dans les zones d’activité.
■ Mise à disposition de voitures électriques sous forme de contrats de location plus ou moins longs.
■ Inciter les automobilistes à garer leur véhicule chez eux et non sur la voirie :
■ Lutter contre l’utilisation des garages individuels à des fins de pièces habitables pour limiter le nombre de véhicules stationnés dans les zones résidentielles.
■ Verbaliser plus sévèrement les stationnement longue durée.


Favoriser les transports doux
■ Développer le réseau de pistes cyclables sécurisées entre les communes, notamment pour relier les gares des villages.
■ Partager les frais entre les communes.
■ Recenser, harmoniser et mutualiser les projets de pistes cyclables à l’échelle de l’intercommunalité.
■ Travailler avec les intercommunalités voisines, le département, la région (cf. schéma départemental des itinéraires cyclables).
■ Obtenir les subventions / financement à l’échelle du département, de la région, de l’État, mais aussi des entreprises du territoire.
■ Proposer un système de financement indexé sur les économies réalisées en matière d’émission de gaz à effet de serre.
■ Sécuriser les pistes cyclables existantes.
■ Aménager les chemins ruraux pour les rendre praticables par les vélos à moindres frais.
■ Intégrer systématiquement la question des vélos dans tous les projets de création, modification ou aménagements des routes, notamment départementales.
■ Faciliter les liaisons douces et les déplacements intermodaux.
■ Mieux partager le réseau routier entre les voitures, les cyclistes et les piétons.
■ Réallouer certaines portons de routes ou certaines voies aux vélos au détriment des voitures.
■ Faciliter et sécuriser le stationnement des vélos et trottinettes, notamment à proximité des gares, écoles, quartiers résidentiels, zones d’activités et dans les centres-villes (devant chaque commerce).
■ Intégrer cette nécessité dès la conception de tous les projets de construction et d’aménagement.
■ Sensibilisation des enfants, dans les écoles et en dehors.
■ Création d’ateliers sur la circulation, l’utilisation et l’entretien / la réparation des vélos dans les écoles élémentaires et les collèges.
■ Développer l’offre de vélos électriques :
■ Mise à disposition de vélos électriques pour toutes les communes.
■ Communication et promotion du vélo électrique :
■ Inviter des constructeurs à présenter leurs modèles lors de tous les évènements culturels et sportifs organisés sur le territoire.
■ Négociations tarifaires mutualisées.
■ Subventions / prêts à taux zéro, etc.
■ Développer et promouvoir les vélibus pour les écoles, collèges et lycées.
■ Développer l’écotourisme et définir des itinéraires privilégiés.
■ Intégrer la question de la sécurité routières à tous ces sujets.
■ Inciter à l’utilisation de bandes réfléchissantes pour les piétons et les cyclistes.
■ Créer une grande journée dédiée au vélo à l’échelle de la Communauté de Communes.
■ Inviter des constructeurs, vendeurs et réparateurs de vélos à participer.

Transports en commun
■ Créer des transports collectifs plus petits et plus fréquents (navettes, minibus…), notamment entre les villages et les principaux pôles d’activité.
■ Développer l’offre de transport à la demande (exemple Pam 77), notamment en vue de rapprocher les habitants des petits villages des arrêts de bus et des gares (notion de « rabattage »). Coupler cette offre aux voies douces.
■ Étoffer le réseau de transports en communs entre les villes et villages du territoire et des autres intercommunalités.
■ Resserrer le maillage.
■ Harmoniser les horaires et augmenter la fréquence des bus et des trains.
■ Favoriser une vision globale et intégrer les transports en commun aux autres modes de transport (voiture, vélos, etc.)
■ Envisager la gratuité des transports en commun ou a minima réduire les coûts aujourd’hui supérieurs à l’utilisation de la voiture.
■ Penser / repenser l’aménagement autour des écoles pour faciliter la circulation, notamment le matin.
■ Inciter les hypermarchés à financer des transports collectifs, notamment dédiés aux seniors.
■ Augmenter la fréquence des trains, notamment à Fontaine-le-Port (réactivation de la ligne + rénovation de la gare).
■ Améliorer le fonctionnement global des trains et gares sur le territoire (fiabilité, régularité, propreté…)
■ Améliorer la déserte des gares :
■ Bus
■ Pistes cyclables et stationnement sécurisés des vélos et trottinettes
■ Accès piétons
■ Parkings gratuits à proximité des gares
■ Aires de covoiturage

Favoriser l’utilisation de véhicules moins polluants
■ Développer les bornes de recharge de véhicules électriques en centres-villes et dans les zones d’activité (notamment à proximité des grandes surfaces).
■ Développer la production de biocarburants et la méthanisation.
■ Favoriser les véhicules « propres » pour tous les transports de la Communauté de Communes (bio GNV notamment) : transports de personnes et de marchandises, ramassage des déchets, etc.)
■ Intégrer ou surpondérer ce critère dans le cadre des marchés publics.

Transport de marchandises
 Privilégier les entreprises locales pour les marchés publics.
 Privilégier le transport ferroviaire, notamment de nuit.
 Interdire les livraisons par camions polluants dans les centres-villes (autoriser les véhicules au gaz, triporteurs, etc.)
 Réglementer / limiter la circulation des poids lourds sur le territoire.
 Agir sur les comportements des consommateurs pour les inciter à consommer local et grouper leurs achats plutôt que de multiplier les livraisons immédiates.